Vivre aujourd’hui le Royaume de demain par Eberhard Arnold

Alors que les foules venaient à lui pour se faire baptiser, afin de trouver pardon et vie nouvelle, Jean pressentait qu’un autre devait apporter l’Esprit : l’Esprit qui transforme, qui sanctifie et sans lequel un ordre nouveau ne saurait s’instaurer. Cet autre, c’était le Messie auquel tous aspiraient, le Roi juste et pacifique du Royaume de Dieu. L’événement le plus important de la vie de Jean-Baptiste fut donc de reconnaître dans la personne de Jésus celui qu’il attendait. 

Jésus a accueilli le message de Jean littéralement. S’il est clair pour Jean que Dieu instaurera dans l’avenir un royaume terrestre, il n’en est pas autrement pour Jésus. Lui aussi avait la certitude que le Royaume de Dieu était proche. Tout ce qu’il disait avait trait aux bouleversements des relations terrestres qu’il attendait de Dieu. 

Mais Jésus a bien effectivement été baptisé dans le Saint-Esprit. Si nous laissons agir en nous ses paroles, nous sommes comme saisis par un vent frais qui pénètre toutes nos pores. Il nous transporte dans une sphère nouvelle au règnent une force et une joie jamais connues auparavant. C’est pourquoi Jésus a répondu à un ami du mouvement de Jean-Baptiste qui évoquait le Royaume de Dieu sans le nommer : » Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. » « et  » nul, s’il ne naît d’eau et d’Esprit ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. » Pour Jésus, sans cette nouvelle naissance, il est impossible d’avoir le regard qui convient au Royaume de Dieu. Il se situe ici comme en toutes choses dans la ligne de la vérité prophétique pour qui des conditions nouvelles au niveau légal et social passent par un renouvellement religieux et moral né de la vie de l’Esprit.

Extrait de : Sel et Lumière  par Eberhard Arnold (1883 – 1935, Théologien protestant allemand), 2017, Plough Publishing House, pp. 140-141

Intercessions

En union avec nos frères et sœurs de la Communauté en Belgique et aux Pays-Bas et dans le désir profond de l’Unité entre nos Églises, nous nous tournons vers Toi, Seigneur, et nous Te prions.

1

Au coeur de la situation de guerre en Ukraine, le Conseil œcuménique des Églises des Pays Bas a lancé une nouvelle initiative dans les réseaux sociaux : « Dona nobis pacem ». – un site internet qui rassemble les initiatives de prière et les activités pacifiques au niveau national.  

Seigneur Jésus, merci d’être le Prince de la Paix. Que ces initiatives et prières œcuméniques  aident à devenir des artisans de paix. « Donne-nous ta paix – dona nobis pacem ! »

En Belgique, le conseil œcuménique d’Anvers fêtera ses 50 ans cette année. A Malines, les évêques catholiques de Belgique avaient invité le 12 mai dernier leurs frères évêques orthodoxes grecs, russes et anglicans, pasteurs réformés et évangéliques pour échanger ensemble sur la synodalité

Père, nous prions pour l’Unité des chrétiens de Belgique, en particulier pour tous ceux qui, en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, sont engagés dans la coopération, la rencontre et la prière commune. Nous prions pour que des personnes de bonne volonté, dans toutes les Églises et communautés chrétiennes de Belgique, défendent ensemble notre maison commune,  s’engagent dans les  périphéries et pour la fraternité humaine.

2

3

Après deux ans de pause Covid, le 14 mai a commencé la nouvelle tournée de concerts de louange du groupe néerlandais « Sela » composé de musiciens de différentes Églises chrétiennes.

Esprit Saint, nous te bénissons pour le don de la musique et la louange qui peuvent ouvrir des chemins d’Unité et faire tomber des murs de séparation. Que sur ce chemin vers la Pentecôte dans nos Églises nous apprenions à entonner des chants anciens et nouveaux. Viens, Saint Esprit, renouvelle-nous par ton feu d’amour.