NOS ACTUALITÉS

Office pour l'Unité du jeudi 18 novembre 2021

Partager :

Devenir homme c’est souffrir de la souffrance de Dieu de Dietrich Bonhoeffer, écrit en captivité

Je me rappelle une discussion que j’ai eue en Amérique avec un jeune pasteur français, il y a treize ans. Nous nous étions tout simplement posé la question : que voulons-nous faire vraiment de notre vie ? Il me dit : « J’aimerais être un saint » ; cela m’impressionna beaucoup. 

J’ai compris plus tard et je continue de faire cette expérience que c’est en vivant pleinement dans l’horizon terrestre de la vie qu’on parvient à croire. Quand on a renoncé complètement à faire quelque chose de soi-même – que ce soit un saint, ou un pécheur converti, ou un homme d’Église, un juste ou un injuste, un malade ou un bien-portant, et c’est ce que j’appelle l’horizon terrestre : vivre dans la multitude des tâches, des questions, des succès et des insuccès, des expériences et des perplexités – alors on se met pleinement entre les mains de Dieu, on prend au sérieux non nos propres souffrances, mais celles de Dieu dans le monde, on veille avec le Christ à Gethsémani, et je pense que c’est cela la foi, c’est cela la métanoïa ; c’est ainsi qu’on devient un homme, un chrétien. 

Comment les succès peuvent-ils nous rendre insolents ou les échecs nous troubler si, dans la vie terrestre, nous souffrons de la souffrance de Dieu ? Tu comprends ce que j’entends, même si je le dis si brièvement. Je suis reconnaissant qu’il m'ait été donné de discerner cela et je sais que je n’ai pu le faire que grâce au chemin que j’ai emprunté un jour. C’est pourquoi je pense au passé et au présent dans la reconnaissance et la paix. 

Que Dieu nous conduise avec bienveillance à travers notre époque ; mais surtout qu’il nous conduise à lui.

Dietrich Bonhoeffer (lettre de captivité du 21 juillet 1944)

Intercessions

Préparées par nos frères et sœurs de l’Abbaye Notre-Dame des Dombes, France.

1/ Le 4ème forum de Paris sur la Paix s'est ouvert le jeudi 11 novembre. Il a rassemblé des acteurs importants de la société : chefs d'états ou d'entreprise, différents représentants d’associations et d’Églises pour continuer une réflexion sur un monde plus juste, sur la manière d’affronter ensemble les défis d'aujourd'hui, tels que la pandémie, les évolutions numériques, la question de la migration.

Seigneur, conduis-nous dans ces recherches de la paix. Que ce souci pour un monde plus juste donne lieu à des chemins d'unité entre nos Églises.

2/ Vendredi dernier s'est clôturé la conférence climatique (la COP-26) à Glasgow. Certains ont applaudi les mesures prises, d'autres restent sceptiques et en attendaient plus. Quoi qu'il en soit, nous te rendons grâce pour ces moments de partage et d'échange qui nous permettent d'avancer ensemble sur cette question.

Seigneur, viens convertir nos cœurs pour que nous ayons davantage le souci de notre planète. Inspire-nous des chemins concrets d'engagement écologique et garde-nous dans l'espérance que le monde peut changer.

3/ Depuis quelques années, de nombreux liens œcuméniques existent entre nos Églises, notamment  dans les lieux de formation. Ainsi René Léonian, pasteur de l'Église Évangélique Arménienne, a été nommé titulaire de la chaire d'arménologie de l'Université Catholique de Lyon cette année. Caroline Bauer de l'Église Protestante et Georges Vasilakis, grec orthodoxe, sont aussi professeurs dans cette université catholique.

Merci Seigneur pour ces collaborations possibles aujourd'hui entre nos Églises et pour la confiance dont cela témoigne. Seigneur viens faire grandir dans nos Églises cet esprit de collaboration.