L’impossible substitution – juifs et Chrétiens du 1er- au 3ème siècle

Tiré du livre de Jean Michel Garrigues, L’impossible substitution – juifs et Chrétiens du  1er– au 3ème siècle,  pages 35 et 38.

Mieux on comprend Jésus dans le contexte religieux de l’Israël de la fin du Second Temple et plus on voit avec une évidence croissante que Jésus, non seulement n’a pas fondé une autre religion, mais n’a rien fait ou dit, qui pourrait laisser penser qu’il a voulu le faire. Non que le thème de la nouveauté soit absent du Nouveau Testament, mais il s’inscrit toujours dans la ligne des promesses faites par Dieu à Israël.
C’est le cas en particulier pour la nouvelle alliance. Cette expression apparaît, au moment central de la bénédiction de la Coupe par Jésus, au cours de la Cène (…)
Jésus n’est pas venu abolir mais « accomplir la Loi et les Prophètes ».
Le premier sens de cet accomplissement, les chrétiens l’oublient trop souvent, c’est l’observance religieuse de la Loi par Jésus.
Jésus, dit Saint Paul, est « né d’une femme (sous-entendu une femme juive), né sujet de la Loi (Galates 4,4).
Il a vécu en juif pratiquant, et l’est resté toute sa vie, personnellement, et avec ses disciples

Intercessions

R. Amen, amen, béni soit le Dieu d’Israël !

  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as pleuré la violence entre Caïn et Abel,
    nous te prions pour la paix au Proche-Orient,
    nous te prions pour tous les peuples qui habitent cette terre où tu as choisi de nous rejoindre dans notre humanité.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as rendu possible la réconciliation entre Joseph et ses frères,
    pour tout mépris à l’égard de ton peuple Israël, pardonne-nous.
    (silence.)
    Nous te prions, Père, de faire grandir la fraternité
    entre le peuple juif et les nations.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as fait sortir Israël de l’Égypte et lui as rendu la liberté,
    donne ta joie au peuple juif
    et garde le fidèle à ton Alliance.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as uni les douze tribus d’Israël autour de la Torah,
    donne la paix aux juifs croyants en Jésus.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    Toi qui as envoyé ton Fils Jésus pour nous sauver,
    fais reposer ta bénédiction
    sur les chrétiens qui sont d’origine juive.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    Père de Jésus Christ,
    toi qui as donné ton Fils bien aimé pour que tous soient un,
    rassemble dans l’unité toutes les Églises chrétiennes.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as promis au peuple juif la venue du Messie,
    toi qui as promis à l’Église le retour de ton fils.
    Nous te louons et nous disons dans l’Esprit saint : « Maranatha, viens Seigneur ! »