La fête de ‘Hanouka est une fête juive d’institution rabbinique, commémorant la ré inauguration de l’autel des offrandes dans le Second Temple de Jérusalem, lors de son retour au culte judaïque, après trois ans d’interruption et de fermeture par le roi Antiochos IV au IIe siècle av. J.-C.

Hanouka

Les lumières de ‘Hanouka sont sacrées. Nous n’avons pas le droit d’en faire un quelconque usage, seulement de les regarder. Ainsi affirmons-nous la suprématie de la lumière divine sur notre humanité limitée.
L’effort de la vie est de canaliser la lumière du jour pour qu’elle illumine la nuit : nous nous efforçons de cultiver tout ce qui est bon et divin, et de diriger ces ressources positives pour surmonter et transformer les aspects négatifs du « côté obscur » de la création. Ce processus était symbolisé par l’allumage de la Ménorah du Temple : allumée avant la fin du jour et placée dans le Sanctuaire, la Ménorah irradiait son éclat divin par-delà les murs du Temple vers le monde obscur au dehors.
Il arrive que l’obscurité envahisse le Temple telle une marée noire submergeant un phare, éteignant la Ménorah et souillant son huile sainte. Des circonstances où nous ne pouvons plus puiser dans le jour pour éclairer la nuit.
Dans des moments pareils, nous devons chercher la « petite fiole d’huile pure » là où elle se cache, l’essence de la création qui est intacte et inaltérable. Nous devons dépasser les dimensions apparentes du « jour » et de la « nuit » afin de dévoiler la particularité originelle de la lumière et des ténèbres.

© Copyright Fr.Chabad.org

    Intercessions

    R. Amen, amen, béni soit le Dieu d’Israël !

    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      toi qui as pleuré la violence entre Caïn et Abel,
      nous te prions pour la paix au Proche-Orient,
      nous te prions pour tous les peuples qui habitent cette terre où tu as choisi de nous rejoindre dans notre humanité.
    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      toi qui as rendu possible la réconciliation entre Joseph et ses frères,
      pour tout mépris à l’égard de ton peuple Israël, pardonne-nous.
      (silence.)
      Nous te prions, Père, de faire grandir la fraternité
      entre le peuple juif et les nations.
    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      toi qui as fait sortir Israël de l’Égypte et lui as rendu la liberté,
      donne ta joie au peuple juif
      et garde le fidèle à ton Alliance.
    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      toi qui as uni les douze tribus d’Israël autour de la Torah,
      donne la paix aux juifs croyants en Jésus.
    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      Toi qui as envoyé ton Fils Jésus pour nous sauver,
      fais reposer ta bénédiction
      sur les chrétiens qui sont d’origine juive.
    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      Père de Jésus Christ,
      toi qui as donné ton Fils bien aimé pour que tous soient un,
      rassemble dans l’unité toutes les Églises chrétiennes.
    1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
      toi qui as promis au peuple juif la venue du Messie,
      toi qui as promis à l’Église le retour de ton fils.
      Nous te louons et nous disons dans l’Esprit saint : « Maranatha, viens Seigneur ! »