Le Seder: Un voyage spirituel

De Rebbetsen Heller

Le Seder est « l’ordre » de Dieu pour passer de l’esclavage spirituel à la liberté spirituelle.
Le Seder est un voyage de l’obscurité vers la lumière. Le mot Seder veut dire « ordre ». Le Seder défini ce que nous faisons la première nuit de Pessah (la Pâques pour le judaïsme). Nous suivons l’ordre donné par Dieu, qui indique comment passer de l’esclavage spirituel à la délivrance
KADESH
La première étape du Seder est appelée Kadesh. Elle comporte la récitation du Kiddouch, une bénédiction spécifique, sur une coupe de vin. Il existe un principe important qui dit qu’en matière de réalité spirituelle, on n’obtient que ce que l’on recherche.
Par conséquent, la première étape dans la croissance spirituelle est de vouloir vivre une vie de sainteté…
La première étape du Seder est donc Kadesh, parce que pour pouvoir avancer vers la lumière on doit s’engager à vivre une vie de sainteté. Ceci requiert que l’on se sépare du négatif et que l’on se dirige vers la conscience de Dieu.
OUR’HATZ
L’étape suivante du Seder s’appelle Our’hatz, qui signifie « se laver ». Elle consiste à se verser de l’eau sur les mains par deux fois à partir d’une tasse, sans réciter de bénédiction.
Se laver les mains à ce stade du repas semble être une requête superflue.
Ce qui est suggéré ici, c’est que celui qui veut atteindre la sainteté doit avoir les mains propres. Comme le dit le verset des Psaumes « Élevez vos mains en sainteté et bénissez Dieu ». Qu’est-ce que cela veut dire ?
La sainteté ne peut se révéler en vous qu’en accord avec ce que vous faites concrètement.
Ya’hatz
Ya’hatz consiste à prendre la Matsa, le pain azyme, sur la table du Seder, et à la briser en deux morceaux inégaux
Ya’hatz nous montre que, pour que nous puissions vraiment progresser vers la rédemption, certains aspects de nous-mêmes doivent être brisés.
Comme le dit le verset des Psaumes: « Dieu est proche de ceux qui sont brisés. »

Intercessions

R. Amen, amen, béni soit le Dieu d’Israël !

  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as pleuré la violence entre Caïn et Abel,
    nous te prions pour la paix au Proche-Orient,
    nous te prions pour tous les peuples qui habitent cette terre où tu as choisi de nous rejoindre dans notre humanité.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as rendu possible la réconciliation entre Joseph et ses frères,
    pour tout mépris à l’égard de ton peuple Israël, pardonne-nous.
    (silence.)
    Nous te prions, Père, de faire grandir la fraternité
    entre le peuple juif et les nations.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as fait sortir Israël de l’Égypte et lui as rendu la liberté,
    donne ta joie au peuple juif
    et garde le fidèle à ton Alliance.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as uni les douze tribus d’Israël autour de la Torah,
    donne la paix aux juifs croyants en Jésus.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    Toi qui as envoyé ton Fils Jésus pour nous sauver,
    fais reposer ta bénédiction
    sur les chrétiens qui sont d’origine juive.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    Père de Jésus Christ,
    toi qui as donné ton Fils bien aimé pour que tous soient un,
    rassemble dans l’unité toutes les Églises chrétiennes.
  1. Père très aimant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
    toi qui as promis au peuple juif la venue du Messie,
    toi qui as promis à l’Église le retour de ton fils.
    Nous te louons et nous disons dans l’Esprit saint : « Maranatha, viens Seigneur ! »